Edouard Glissant
n°29

Edouard Glissant est né en Martinique en 1928. A la fois romancier (La Lézarde, Prix Renaudot 1958), essayiste (Soleil de la conscience, Poétique de la relation, Le Discours Antillais), poète (Le Sel Noir) et auteur de pièces de théâtre, il s’impose aujourd’hui comme une figure incontournable de la pensée contemporaine, notamment à travers ses travaux sur les notions de créolisation et de mondialité. Il vit entre la Martinique, New York et Paris.

Dans la lignée de Cedric Price (Point d’ironie n°19) et Yona Friedman (n° 24), urbanistes dont le travail irradie dans le champ de l’art, Edouard Glissant jette un pont transdisciplinaire entre art et littérature. Proche de Antonio Segui, Wilfredo Lam, Matta et Cardenas, il a publié des textes critiques sur les artistes qui nourrissent sa réflexion, tandis que ses écrits théoriques influencent la création contemporaine, comme on a pu le ressentir lors de la Documenta 11 en 2002. Dans ses écrits, Glissant a montré que l’une des conséquences les plus dommageables de la globalisation est l’homogénéisation de tous les domaines de la vie. Selon lui, les musées doivent aujourd’hui proposer de nouveaux espaces et de nouvelles temporalités, afin de promouvoir une mondialité capable de lutter contre le phénomène de standardisation à l’échelle globale.

Point d'ironie, le patchwork : nous avons sélectionné avec Glissant quelques extraits de ses manuscrits récents : des pages de Faulkner, "Mississippi" (1996), du "Tout-Monde" (1995), ou l'étiquette tombée du tapuscrit "Les Grands Chaos" (Poèmes complets, 1994). Nous les présentons en fac-similé, mélangés à quelques phrases clés qu'il nous a envoyé d'un paquebot durant la traversée de l'Atlantique l'été dernier. Exposer sa manière d'écrire et semer quelques lignes de sa pensée, de façon fragmentaire ("because we know that even a fragment is a cutting taking it's root from the rest"), en plusieurs langues -- nous l'avons voulu comme une incitation visuelle à lire (ou relire) Glissant.

A son tour, Edouard Glissant a invité la revue "Les Phériphériques vous parlent" à contribuer à ce Point d’ironie par un texte "Pour la Mondialité" (inséré) – versant politique de sa pensée poétique. Ceci est l’ultime numéro de notre série en association avec Documenta 11.